AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 vive la drogue (pas d'autres idées)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luna-Gtrrz
Scribouilleur


Nombre de messages : 17
Age : 21
Date d'inscription : 16/09/2012

MessageSujet: vive la drogue (pas d'autres idées)   Lun 28 Oct 2013 - 20:41

C 'est un gouffre grand comme le ciel. Comment ne pas se jeter au fond des océans, là où la lumière est gonflée de ténèbres. Là où on ne respire plus que des vapeurs ensorcelantes qui font oublier l'air qui tourne autour de nous. Et nous, plantés là dans la pierre du monde, crucifiés à notre propre chair, à nos paroles qui chancèlent, trop lourdes à nos lèvres. Sans père, sans mère pour nous recueillir du gouffre. Comprenez monsieur, nous sommes perdus dedans.

Chacun de ses gestes finit par s'éteindre dans le cendrier de coquillage au pied du lit, remplis de cendre et de cadavres vides. La fumée bleue inonde l'air comme une mer que ses yeux brûlés fixent jusqu'au dernier mouvement de ses vagues, ses vagues froides, aveugles qui tracent dans la chambre comme des lambeaux du ciel.
Il y a longtemps que la fumée a commencé sa danse lente, ses mouvements las qui étouffent l'air, emprisonnent son regard et le tiennent fixe comme une roche, effondrée dans les flots qui la retiennent toujours. Je ne partirai pas d'ici se dit-il. Les courbes grises tournoient comme un manège autour de son crâne blond où vibre un grand silence. C 'est la mort se dit-il, la mort qui entraîne le courant de ses veines, la marche des jours somnambules qui titubent au fond d'une nuit immense.
Les jours sont passés, et passeront encore peut-être. Il fait chaud dans cette chambre, il y fait bon. La brume épaisse recouvre les murs et empli son corps d'une clameur pâle comme le visage de l'aube. Il soupire et dans son gorge il sent comme une morsure.
Je ne sortirai pas, dit-il, je n'irai plus dehors. Si il n’y a que des ratures, c’est que le ciel est trop haut alors je ne le verrai plus. Je n’ai plus de musique dans le cœur. La cour des hommes est comme un précipice où croulent nos épaules et la couleur de nos yeux. Les visages palissent de peur. Les yeux sont baissés comme des saules pleureurs dont les branches sont blessées. Dehors, c ‘est notre dignité qui s'en va. Je connais Paris et elle tremble comme une terre éventrée, remplie de bruits, de fracas sourds, de chemins morts que traversent les pas fuyants pour revenir ensuite, traqués. Leur membres sont lourds, voutés contre le jour levant et sa lumière cruelle les fait trembler de peur. C 'est si peu une vie à porter pourtant, à accrocher à ses veines enneigées et pourtant voyez comme elle les fait crever d'angoisse. Et cet espoir qui gonfle leur ventre, les fait trainer au sol.
Autant rester ici, il y a fait bon et les étagères sont pleines de diamants, de jolis objets comme gravés de caresses. Les feuilles vertes grandissent dans la poussière du sol. Il lui reste à fumer jusqu'à la fin des temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azarian
Ancien Scribouillard
avatar

Nombre de messages : 6158
Age : 39
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: vive la drogue (pas d'autres idées)   Mar 29 Oct 2013 - 0:01

17 ans et beaucoup de talent. A travers ces lignes j’interprète une grande addiction, émerveillé de de délires tout en volutes, une peur du dehors aussi. Peur de la vie trépidante et débilitante d'une capitale rendu folle par la course du temps de l'argent et du pouvoir.
C'est mon interprétation.
Quoiqu'il en soit de tres jolies lignes.

Az:pirate1: 

_________________
Carl Sagan : « L’imagination nous emmènera souvent vers des mondes qui n’existent pas, mais sans elle nous n’irions nulle part. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
vive la drogue (pas d'autres idées)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Darwin, Freud et les autres grands penseurs
» Karen Blixen : Out of Africa ... Et autres oeuvres
» Contes (Perrault et autres)
» [Big Brother] Périclès espionne (entre autres) FaceBook
» Shinobi, le jeu : discussions et autres blablas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Songes du Crépuscule :: Le Portail des Récits :: Poèmes-
Sauter vers: