AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 On Shot (ou nouvelle) Nouvelle Génération.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zarem



Nombre de messages : 13
Age : 26
Date d'inscription : 20/03/2014

MessageSujet: On Shot (ou nouvelle) Nouvelle Génération.   Ven 28 Mar 2014 - 23:01

Bonsoir tout le monde, j'espère que ce texte vous plaira.

C'est de la SF un peu hard je crois mais pas sûr...^^

Inspiré un peu de ghost in the shell, halo, final fantasy 7 et claymore... dans mangas/animés.^^


Voici la première partie, bonne lecture à vous (et merci au passage.^^)

Relu et corrigé X fois, mais peut encore rester des trucs, vous me direz...^^




EVOLUTION : NOUVELLE GENERATION.






Le docteur Nély Corvane, pionnière en cybergénotechnologie, une femme aux traits animaux en raison de ses origines chimériques, dans ses habits de scientifique et d'exploratrice, restait de marbre face l'écran de l'ordinateur central du laboratoire. Tout était terminé, les connaissances pouvaient êtres utilisées à toutes sortes de fins, militaires, sociales, médicales...

On nommait cybergénétique le fait d'implémenter non pas des gênes naturels ou organiques mais complètement artificiels, dans de l'ADN. Les gênes d'une machine. Il existait des appareils de combat, croisement entre vaisseau et avion, capables de se reproduire, de prendre forme et taille humaine, d'aimer, de haïr, d'être faibles... des entités uniques.

On ne pouvait faire d'une machine un être vivant ou même reproduire le vivant artificiellement. Alors on trouva une ruse. On créa les machines capables d'évoluer, du moins, un nombre limité. Dès lors elles gagnaient en humanité, en maturité, en intelligence et en capacités. Elles devenaient vivantes et peu importait qu'on suive ou non leur évolution à tous les niveaux, qu'on récolte toutes les informations que l'on décortiquait... on ne reproduirait peut-être jamais la vie directement même si ça se faisait indirectement.

La jeune femme à la trentaine, mi-humaine mi-machine, savait de quoi elle parlait. Le plus surprenant restait le vieillissement des machines. Leur ADN artificiel dans leur corps inerte qui évoluait, se complexifiait, prenait son propre patrimoine, se détériorait à leur guise s'ils décidaient de devenir mortels. Autrement dit ils étaient une vie inerte, artificielle, et pourtant capable de se lier à la vie vivante, organique.

Son père, un être chimérique, sa mère, une machine, un énorme mécha de combat, une Halfram, une des armes les plus redoutables, l'avait portée en elle, mise au monde et elle ressentait tout ce qu'une femme humaine, vivante, pouvait ressentir avec un bébé en elle qui vivait. Mais ils ne l'avaient pas conçue comme ça. Une telle expérience s'avérait inquantifiable, impossible à refaire, à préparer, à reproduire. Elle avait tout simplement évolué, se dotant de fonctions impossibles à créer, à refaire, pour avoir des sensations uniques.

Elle ressentit la joie, et même un peu de fatigue, l'amour, l'affection, le bonheur et la plénitude de sa grossesse... comme n'importe quelle femme enceinte, excepter le fait qu'elle n'était pas vraiment une femme mais une entité non vivante, une machine. Sa mère l'éleva avec son amour maternel, lui donna son sein, son lait maternel, et la couva de tendresse comme beaucoup de mères. Pourtant il s'agissait d'un être puissant, capable de raser des villes entières, de détruire nombre de puissants vaisseaux ennemis en peu de temps.

Elle se frotta les yeux, prise par la fatigue, assise dans sa vaste salle de laboratoire. Depuis trente ans ils étaient arrivés dans cet univers parallèle où des êtres dit démoniaques possédaient une étrange énergie qu'on maîtrisait encore très mal. Elle venait de recevoir le dossier d'une recrue, un solda démon appartenant à l'espèce des berserkers, une espèce créée et dérivée de celle existante, bien plus humaine, bien plus forte, plus puissantes.

Ils jouissaient, pour les volontaires, d'améliorations génétiques de haute technologie et de première voir de seconde catégorie, allant de simples modifications à des changements importants dans l'ADN qui rendait l'individu bien plus fort, bien plus résistant, bien plus puissant et capable de récupérer beaucoup plus vite. Il arrivait aujourd'hui et devait déjà être là, à bord du vaisseau, un cuirassé lourdement armé et très bien protégé.

La guerre faisait rage entre deux puissances sur cette planète, établies sur un continent chacune. Eux se situaient sur la partie haute et les ennemis sur la partie basse. Chacun était donc sur un des deux continents de ce qui fut avant les amériques. Ce monde s'appelait « la terre » selon ses habitants. Les combats étaient particulièrement violents et intenses. La porte s'ouvrit derrière elle, presque en silence dans un bruit épuré.

L'individu pouvait la réprimer voir supprimer son énergie mais cela réduisait ses capacités pour le combat. Le fait qu'on avait du mal à contrôler cette énergie posait problèmes car de sa maîtrise dépendait l'issue de la guerre. Elle y pensait sans vraiment y réfléchir. Les implants cybernétiques ne servaient qu'à connaître la maîtrise de cette énergie démoniaque et le niveau supportable par la technologie. Mais ils étaient totalement dépassés et inutiles.

Avec les dernières avancées cybergénétiques, les implants étaient désormais complètement obsolètes, inutiles, bons à jeter aux oubliettes. Avec les capacités augmentées génétiquement et par diverses opérations les soldats n'avaient plus besoin d'implants car ceux-ci étaient presque des gadgets sans la moindre once d'utilité. La génétique dépassait la technologie... à un niveau de plus en plus inquiétant. Et ce qu'elle venait de mettre au point s’avérait même très terrifiant. La voix du démon retentit derrière elle, calme, neutre, démoniaque...

_Bonjour mademoiselle Corvane... je me suis porté volontaire pour les opérations... ça va être long ?

Elle se tourna enfin pour voir son interlocuteur, pour affronter les choses telles qu'elles se présentaient. Le rendez-vous avec le destin avait finalement lieu plus vite que prévu. Toutes les données avaient été envoyées dans plusieurs laboratoires et quartiers généraux. Mais les recherches continuaient sur le troisième niveau d'améliorations génétiques.

_Vous risquez votre vie, il y a encore des incertitudes.

_Je suis prêt à mourir pour la liberté... je suis humain, je suis libre, je tiens à les rester et à ce que tout le monde le reste.

_Très bien, venez avec moi. Vous allez d'abord changer de tenue, vous laver et on va aussi vous scanner, passer des testes, pour voir ce qui est faisable avec les travaux que je viens juste de terminer.

_Entendu.

Il se dévêtit sans broncher, se dirigea dans une capsule arrondie et allongée en verre électronique (électronisé comme on disait aussi) et il laissa faire. Elle se ferma et commença à se remplir d'un liquide translucide bleuté jusqu'à ce qu'il soit plein.

_Durant la phase de changement vous serez vulnérable à toutes attaques extérieures, bien plus qu'un simple humain. Vous pouvez inspirer le liquide, il vous apportera de quoi respirer.

Il laissa le temps faire son œuvre, puis la capsule se vida, se sécha et s'ouvrit. S'étant lavée les mains, elle lui tendit des habits propres et stérilisés. Son regard s'était furtivement retardé sur ses tablettes de chocolat, son torse, ses bras, ses cheveux blancs, ses yeux jaunes or... son corps puissant... elle en fut presque admirative mais ne dit rien, ne laissa rien paraître de ce que ses hormones disaient.

_Vous allez dans ce scanner, on va faire une batterie de testes.

Il entra docilement dans un appareil high-tech, des bras articulé très souples et mobiles l’auscultèrent, envoyèrent de faibles décharges électriques pour voir les réactions musculaires. Elle décortiquait les informations parvenant à son cerveau via un câble s'illuminant de rainures telles des circuits imprimés, branché sur le côté de sa tête.

_Impressionnant. Les modifications apportées à votre corps sont tout simplement surprenantes. Vous êtes même au-delà de nos espérances. Votre système nerveux est vraiment véloce. Vos muscles sont aussi plus forts qu'on ne l'aurait cru. Vos sens sont assez bien développés... vous devriez survivre plus aisément à l'opération.

_De toute façon il faut bien commencer par quelque chose pour aboutir à autre chose non ?

_Mais vous n'êtes pas censé être un cobaye, une bête de laboratoire...

_Je suis un volontaire, ce n'est sensiblement pas la même chose.

Ils quittèrent la salle de recherches pour aller ailleurs, dans la zone aménagée spécialement pour pratiquer l'opération sur lui. Son corps serait modifié de façon impressionnante. De puis quelques années on parlait sérieusement de modifications génétiques d'un troisième niveau bien plus élevé et important que les deux précédents. Le professeur Nély Corvane restait néanmoins une cible de l'ennemi, de la corporation Néovertex.

D'une manière ou d'une autre ils connaissaient ses recherches et leur étendue. Ils n'avaient qu'une idée en tête, pirater son ghost, sa conscience, et prendre toutes les informations dont ils avaient besoin et aussi étudier son corps pour comprendre ce qu'elle était et concevoir des armes pour assouvir leur domination sur leurs adversaires. Même si leur technologie restait sensiblement la même, leurs connaissances possédaient quelques lacunes qui donnaient un avantage à leurs ennemis de toujours, la corporation Reaveune.

Deux politiques, deux fonctionnements incompatibles tels l'eau et le feu. Ils bifurquèrent dans divers couloirs assez spacieux, bien éclairés et chaleureux en croisant du personnel, des militaires, des hommes en armures dernier cri. La MJOLNIR 4... la plus puissante de toutes, la plus rapide, la plus protégées, du moins, celle qui protégeait le plus par rapport à sa vitesse et sa force. Le vaisseau était très grand. Il n'avait jamais porté de telles armures et se disait qu'il en aurait une un jour.

_Quand ce sera finis, ces armures vous seront inutiles.

Il blêmit à cette affirmation. Ainsi l'être vivant dépasserait la machine avec en lui... des parties conçues artificiellement et pourtant presque « naturelles » organiques, générée par son corps? Il connaissait le rapport par cœur après sa lecture, sa mémoire augmentée pouvait presque tout retenir avec cependant une perte de détails mais une précision quand même assez satisfaisante. Il en comprenait toutes les implications. Les paroles de la jeune femme lui glaçaient le sang.

Il serait peut-être capable de détruire une armure sans problèmes, et sans armes. Cette perspective le fit douter. Pouvait-on lui donner un tel pouvoir entre les mains ? La réponse fusa aussitôt. Oui. Tout simplement car il défendait les valeurs de la liberté. Il n'eut pas le temps de réfléchir d'avantage, le vaisseau fut saisi de violentes secousses. La scientifique fit des efforts pour se maintenir, pas le démon. Le cuirassé venait de voir apparaître devant lui toute une petite flotte de guerre qui ouvrait le feu.
Ils donnaient tout ce qu'ils avaient pour l'abattre. Mais là n'était pas leur objectif. L'engin se retrouva rapidement quadrillé de chasseurs, de bombardiers et de méchas qui l'attaquaient de toutes part. Les canons gauss central, au nez du vaisseau, incorporés en lui, ouvrirent le feu à un rythme d'un tir en trois seconde et ce de façon synchronisée entre eux. De ce fait un projectile partait toutes les demi secondes sur l'appareil ennemi, un gros croiseur blindé.

Le cuirassé Reaveune, une longue forme arrondis, aplatis, angulaire et majestueuse, s'illuminait de lumière et d'éclat flamboyants tout autour de lui. Les obus de mille sept cents tonnes projetés à bout portant à plus de deux cent mille kilomètres seconde percutaient avec force les boucliers du croiseur Vertex. Ceux-ci finirent par tomber localement, surchargés en un point et la coque fut déchiquetée en quelques tirs. Des explosions venant de l'intérieur firent se boursoufler le blindage qui se déchira en quelques points, libérant des flammes enragées.

Mais cette attaque en plein milieu de la zone contrôlée par les Reaveunes n'était qu'une diversion. Le vaisseau aux canons crachant leur laser à plasma, leurs obus de part les gueules des canons de gauss, ne pouvait repousser à lui seul toute une flotte ennemi. Toutefois, les engins environnant se précipitaient tous en direction de ce dernier. Très vite les renforts prêtèrent main forte au cuirassé dont les boucliers cédaient. Son blindage se retrouva rapidement criblé de tirs.

Son épaisse coque supportait la chaleur grâce à son gel de refroidissement incorporé dans des micros pores sur toute son épaisseur ce qui permettait de bien résister au plasma. Toutefois, les attaques trop nombreuses, trop puissantes et agressives, percèrent de trous dans le blindage, des ponts furent touchés, et des dizaines de nacelles d'abordage s’engouffrèrent dans les brèches. Nely courait dans les couloirs avec le soldat démon, armée avec son bras devenu une double lame allongée et brillante d'un éclat vif par endroits.

_Il faut sortir d'ici !

_J'aime aller au casse pipe !

_C'est pas le moment de plaisanter soldat !

_Ah bon ? Je croyais pourtant que c'était la fête dans le coin !

Elle lui jeta un regard énervé, mais comprenait qu'il tentait de relativiser et de ne pas stresser, chose qu'il faisait à merveille puisque tous ses signes étaient à peu près stables. Il tenait sans trop de gêne une arme lourde, un fusil MA5G M28, une arme capable de dézinguer une armure lourde en quelque tirs seulement mais réputée pour son recul. Certain imprudents avaient déjà eu un bras arraché, un enfoncement de la cage thoracique ou étaient morts en utilisant un tel monstre.

Un canon gauss électrique. Il fallait changer les rails après avoir vidé trois chargeurs de trois cents coups. Heureusement ses réserves internes de rails faisaient que son autonomie allait jusqu'à trente chargeurs. Les yeux augmentés du démon voyaient plus que des yeux ordinaires. Au détour d'un couloir un groupe de démons comme lui mais dans des armures de Vertex couleur blanche, jaillit devant eux, ouvrant le feu de leurs armes lourdes, de leurs plasmas.

Leur précision était étonnante, mais Jess réagit au quart de tour avec Nely. Grâce à une alimentation surpuissante le canon MA5G M28 tirait un chargeur en trente secondes. Huit chargeurs étaient raccordés à celui-ci se retiraient pour laisser la place une fois vides. Les balles fusèrent à une vitesse telle qu'elles formèrent des lignes intenses. Le recul lui fit perdre le contrôle mais il se reprit, empoignant fermement l'arme et la dirigeant sur ses cibles qui ripostaient enfin.

Un laser blanc coupa en deux l'un des monstres, une forme gracieuse apparut derrière eux et une lame les coupa en deux. Trois morts par la main de la jeune femme. Les balles traversaient presque les boucliers des armures qui cédèrent et explosèrent dans des gerbes et des déflagrations électriques sur les démons qui furent bien vite réduits en charpie.

Les corps fumants restèrent immobiles à terre. Les balles avaient même fait des dégâts dans les murs blindés pourtant fait d'alliages très résistants. Ils s’avancèrent prudemment dans le couloir, puis baissèrent en partie leur garde, pensant qu’il n’y avait plus personne. Ils se trompaient lourdement. Quelque chose frappa violement la jeune femme. Elle n’eut pas le temps de réagir que son bras armé fut arraché et elle se retrouva transpercée et une puissante décharge d’énergie la fit s’évanouir.

Jess réagit, localisant sa cible et dardant son arme dans sa direction mais à peine put-il appuyer sur la gâchette qu’un coup, un revers probablement, l’envoya boucler contre le mur d’à côté. Sa tête tournait mais il restait encore alerte. L’autre frappa avec une force telle qu’au moment où il para le coup il eut le souffle coupé par la violence du choc. Ses os se brisèrent, ceux de son bras, de son épaule, et il heurta le mur avec force et violence. Pas le temps de réagir, quelque chose de puissant lui éclata les côtés en dépit de ses os renforcés.

La douleur fulgurante de son bras brisé lui parut bien lointaine tout à coup. Il crachat le sang, la cage thoracique percée. Sa vision se troubla, il vit la bête enfoncer quelque chose à l’arrière du crâne de la jeune femme qui commençait à réagir. Elle en fut paralysée et il l’emporta. Puis tout devin noir, froid, inerte, sans bruit, le vide total.

FLASH :

Les son des voix résonnaient en de lointains échos autour de lui. On le conduisait quelque part, il semblait en apesanteur, du moins de par ses sensations et ses impressions, comme s’il avait trop bu.

« Son cœur va lâcher ! »

« Nombreuses hémorragies internes, il ne pourra pas s’en tirer avec ses pouvoirs, il est trop faible ! »

« Vous avez les données du docteur Corvane ? »

« … »

« … »

« Oui, tout de suite… vous n’allez pas faire ça ? Vous avez vus dans quel état il est ? »

« Il s’est porté volontaire, on tente le tout pour le tout. »

FLASH…

Les équilles s’enfonçaient dans ses chaires, les pointes touchaient les os brisés, se liquéfiaient et les ressoudaient. Douleur lancinante, il hurle et son corps se cabra en avant, se tortilla sous cette souffrance infligée à son être.

L’eau stérile le nettoie, lave son corps réparé. Des pointes le percent de partout, il est sur une table dans la lumière d’une salle d’opération. Il sent qu’on lui injecte par toutes ces piqûres quelque chose dans les veines, dans les chaires… dans son cœur et sous ses côtes.

« Son cœur peut lâcher à tous moments ! »

« Les nanites organiques ont déjà commencés à le régénérer, elles vont le maintenir en vie. »

« C’est de la folie ! »

FLASH …

Il semble inerte, étendu sur la table, des pointes reliées à des câbles colorés par des rainures géométriques telles des circuits imprimés s’enfonçant dans son crâne à l’arrière et au milieu dans son axe central. L’une d’elle perce entre les yeux, d’eux autres sur les côtés. Douleur intense, il retient ses cris. Dans sa vision tout est flou, les lumières sont vives et incertaines, les formes bougent, s’activent autour de lui.

« Préparez les programmes génétiques. »

« Mise à jour du système d’exploitation. »

Les lignes géométriques à ses tempes, à son crâne, elles s’illuminent par à-coups vif, aléatoires, parcourant la longueur des câbles. Il sent des outils découper ses muscles, titiller ses os. Craquement sinistre, on a ouvert son crâne, on retire les nanos implant et les nanites incorporés à son cerveau. Sa mémoire supplémentaire est aussi retirée, bien qu’il se souvienne de tout elle lui ferait défauts, mais il n’avait pas idée de la suite. »

« Implémentation des pilotes et des drivers. »

« Hausse soudaine de sa température, début des changements, les nanites sont trop actives ! »

FLASH :

Il est dans un bain de liquide translucide très froid, si froid qu’il croit que son corps va geler instantanément. Douleur sans pareil en lui, un quadrillage se forme autour de ses os, un quadrillage fait de cercles de tailles variables reliés entre eux à un imposant réseau de lignes avec des interconnections via des points noirs. Il s’illumine de lumières bleutées qui partent en toutes directions suivies d’arcs électriques qui sillonnent toutes les surfaces des os.

Quelque chose entre en contacte avec son visage, un masque à respirer. Il n’est pas dedans depuis longtemps. Des tiges transparentes touchent ses yeux, commences à s’infiltrer entre les cellules et lui infligent une douleur abominable qui finit par lui vriller tout l’avant du crâne. Les voix sont de nouveau là.

« Signe instables, nous risquons de le perdre, bio-nanites activés ! Modifications osseuses en cour. »

« Continuez, il doit survivre. »

La structure autour des os fit brutalement pression et les éclata d’un coup. Les morceaux partirent en toutes directions mais furent rattrapés, ramenés à leurs origines et soudé au métal bouillonnant. Il voulut hurler de douleur, ne pouvant penser que quelque chose d’aussi horrible pouvait exister. Les molécules de ses os se désintégraient, l’énergie se condensait rapidement dans les usines qu’étaient les nanites semi organiques et à partir de cela un nouveau matériau naissait.

La chaleur dégagée le brûlait de l’intérieur, le liquide de refroidissement s’échauffait peu à peu. Des dizaines de millions de cellules nanites organiques se liaient à celles de son corps en tous points, se spécialisant dans tel ou tel domaine. La chaleur montait encore, les muscles, les organes, tout changeait rapidement. Les cellules « ordinaires » furent « contaminée » ou plutôt « touchées » par les autres modifiées qui transmettaient leurs changements.

Son cœur battait à tout rompre, sons sang aussi bouillonnait, brûlant ses veines endolories. Il connaissait les risques et avait clairement compris dans le rapport que ses souffrances seraient absolument énormes. Les nerfs furent touchés, explosion de sensations insupportables. Ils poussaient, s’interconnectaient et se retrouvaient protégés. Son cœur cessa de battre durant deux minutes, sons cerveau s’éteignit spontanément, sa mémoire étant sauvegardé dans une masse liquide conçue pour son ghost qui pouvait donc réintégrer le cerveau à tous moments, sans pertes.

FLASH…

Les plais s’ouvraient sur son corps, le sang violet en sortait dans le liquide à quarante degrés. Son cœur rebattait depuis six minutes. Un double cœur, des doubles poumons renforcés, protégés, gainés, des muscles refaits… tout en lui avait plus ou moins changé. Une piqûre sans précédant lui vrilla tout le crâne. Les pointes s’étaient retirées, de même que les appareils dans ses yeux tous neuf, tout nouveaux. Très vite il appréhenda toutes les possibilités et les capacités augmentées de son corps amélioré et boosté génétiquement.

« C’était moins une, il serait mort… »

« Réflexe, système nerveux, activité cérébrales ok… tout est bon. »

NOIR…

Le réveil fut difficile, il n’avait pas rêvé, seulement plongé dans un méandre de pensées désordonnées, incertaines, en flash rapides et sans logique véritable… un « bad trip ». Il eut une envie de vomir, trouva un récipient à côté de lui et vida son estomac d’un liquide noir poisseux et répugnant. Une femme quelconque arriva à son chevet.

_Et bien, ça ne fera que la sixième fois que vous vomissez mon cher… ça va comment ?

_Où… est… Nély… ?

_Je suis désolée, elle n’est plus là, ils l’ont pris et nous tentons de la localiser…

_Je… je… dois, partir… c’est… f-faille… sécurité…

Elle lui intima de se recoucher gentiment, d’un geste doux de la main. Il obtempéra, comprenant qu’il ne retrouverait pas toutes ses capacités, et bien plus encore, avant un certains temps. La parole viendrait assez vite avec un peu d’entraînement. Il se sentait plus vif, plus réactif, plus « jeune » comme si son corps d’avant fut une vieille carcasse décharnée, une charogne impuissante et faible.
Il sentit alors que quelque chose restait fiché dans son bras, dans ses veines… et un liquide le neutraliser. En fait de tels produits seraient rapidement inopérants sur lui ou faiblement actifs.

Son corps bien trop fort et son cerveau bourré de sécurités hallucinantes et impensables feraient très vite front. Il se sentait différent… et il comprit que plus rien ne serait comme avant désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrick Cialf
Chroniqueur
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 55
Date d'inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: On Shot (ou nouvelle) Nouvelle Génération.   Mer 16 Avr 2014 - 22:56

Bon début, peut-être un peu trop boosté au démarrage: ce sera difficile de ménager une montée en puissance ensuite. Deux remarques:

- "Une femme aux traits animaux en raison de ses origines chimériques", c'est un peu court comme description. Je verrais bien une séquence du genre: "Elle regarda son reflet dans l'écran noir. Elle savait que ses traits ressemblaient à ceux d'une mouffette tachetée orientale et que cet animal... Puis elle appuya sur le bouton et vit apparaître..."

- Le choix du "On" pour désigner les auteurs de l'expérience. N'importe quel nom saugrenu tel que l'Instrumentalité, l'Anti-A, l'Autarchie ou la Démiurgie donnerait un meilleur point d'ancrage à l'imagination du lecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hoshikaze.net
Noedelweiss
Anthologiste
avatar

Nombre de messages : 426
Age : 27
Date d'inscription : 04/03/2012

MessageSujet: Re: On Shot (ou nouvelle) Nouvelle Génération.   Ven 18 Avr 2014 - 11:26

J'ai lu en diagonal le texte parce que ce n'est pas un genre que j'apprécie tellement, je ne donnerai donc pas mon avis sur le fond car je ne suis pas en mesure de le faire. En revanche, j'imagine que c'est un premier jet, il faudra donc retravailler le style : bien entendu corriger coquilles et maladresses, éviter les phrases trop longues ou ponctuées trop lourdement de subordonnées et de virgules. Le choix des termes et adjectifs employés est aussi important : il y a des répétitions et quelques lourdeurs. Je rejoins aussi Patrick sur le fait que certaines descriptions sont un peu courtes et mériteraient d'être développées. Il faudrait aussi mettre plus de sentiments et d'émotions pour donner au lecteur l'envie de poursuivre sa lecture.
J'espère que ces quelques remarques pourront t'aider. N'hésite pas à nous faire part de tes retouches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bridgetjones-thesarde.overblog.com/
Patrick Cialf
Chroniqueur
avatar

Nombre de messages : 202
Age : 55
Date d'inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: On Shot (ou nouvelle) Nouvelle Génération.   Ven 18 Avr 2014 - 12:46

Autre remarque: Jess, c'est le nom du démon? Comme il n'est nommé qu'en milieu de chapitre, ce n'est pas franchement évident. Sans compter que pour un démon, c'est un nom d'une banalité affligeante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hoshikaze.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On Shot (ou nouvelle) Nouvelle Génération.   

Revenir en haut Aller en bas
 
On Shot (ou nouvelle) Nouvelle Génération.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» One Shot - Le retour de Mirajane
» Nouvelle CX Minichamps
» Duo avec Daho sur le nouvel album de Nouvelle Vague
» Nouvelle Ordre Mondial => C'est quoi cette histoire ?
» Nouvelles règles Confrontation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Songes du Crépuscule :: Le Portail des Récits :: Les mondes de la Science-Fiction-
Sauter vers: